Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique
Crécet

Connaissance et valorisation du patrimoine ethnologique et technique en Basse-Normandie

Diffusion et action culturelle

» Semaine du cinéma ethnographique

        Le programme  
        Informations pratiques  

Semaine du cinéma ethnographique

Édition 2012 : " La famille, mémoire et transmission "

Date : du 26 novembre au 02 décembre 2012

Lieu : Caen - Cinéma LUX - une manifestation proposée par le CRéCET de Basse-Normandie

Vous pouvez télécharger le programme


Pour cette 18 ème édition, La Semaine du cinéma ethnographique vous propose d’explorer le thème de la famille.

Objet sociologique et anthropologique de premier plan, la famille est ici envisagée sous un angle bien précis, à savoir ce en quoi elle constitue (et dans quelles limites) un vecteur privilégié de production, transmission et mémoire d’un patrimoine culturel immatériel ou matériel, ou - autrement dit - un outil de reproduction sociale et culturelle.

Par patrimoine culturel, on entendra ici aussi bien une mémoire collective, des pratiques et formes d’organisation sociale, des croyances et idéologies, des modes de vie, des savoirs et savoir-faire, des représentations du monde, et d’une façon générale pour ce qui nous occupe, tout biens matériels ou immatériels produits ou transmis dans le cadre familial au sens large.

En filigrane, et si besoin avec le recul historique nécessaire à la bonne compréhension des sujets abordés, la programmation s’attache à mettre en lumière différents aspects de l’évolution de la société. Elle accorde donc une importance particulière à la question des ruptures pouvant intervenir dans les processus mémoriels et dans les mécanismes de transmission, notamment intergénérationnels.

Plus concrètement, organisée autour de sept focales, l’affiche de cette édition 2012 constitue une invitation à découvrir des milieux très variés : le monde rural en France, en Carélie ou en Argentine, la middle-class américaine, la grande bourgeoisie industrielle du nord de la France ou à l’extrême opposé le quart-monde post-industriel du Borinage ou agricole au Mexique. À découvrir aussi : la transmission d’un patrimoine culinaire ou musical au sein de familles issues de l’immigration algérienne ou asiatique en France, avec un petit détour par la famille circassienne. Et en guise de mise en appétit, un coup de projecteur sur une pratique cinématographique aussi répandue que malconnue : celle des “films de famille”. 

Bonne Semaine à toutes et à tous !

Pour feuilleter le programme imprimé : cliquer ici (réglage plein écran conseillé)

Le programme au jour le jour

» Lundi 26 novembre 2012 : Les films de famille
» Mardi 27 novembre 2012 : L'improbable transmission
» Mercredi 28 novembre 2012 : La musique et le cirque en héritage
» Jeudi 29 novembre 2012 : Cessions, successions et transmissions
» Vendredi 30 novembre 2012 : D'une famille à l'autre
» Samedi 01 décembre 2012 : La mémoire dans l'assiette
» Dimanche 02 décembre 2012 : Tu seras ... mon fils !


Lundi 26 novembre 2012 : Les films de famille

19h30

Sur la Plage de Belfast Henri-François Imbert, France, 1996, 40 mn, Beta SP, couleur

Le réalisateur trouve un film de vacances inachevé dans une caméra super 8 provenant de la banlieue de Belfast. Ces quelques minutes de pellicule deviennent le prétexte d'une quête pour en retrouver les propriétaires, une dizaine d'années après, et leur rendre les images. Pourquoi le film est-il resté dans la caméra ? Quels sont ces gens ? Histoire de famille, de mémoire... Une famille à la plage, une femme qui tend un plateau à la caméra, des images tremblées chez un brocanteur... L'enquête, méticuleuse et sensible, amène à réfléchir à plusieurs temporalités. Le temps présent du voyage, inscrit dans un pays qui fait parler de lui par ses conflits ("C'est le premier dimanche du cessez-le-feu"). Le temps qui sépare des images trouvées, une archéologie de l’ordinaire : les lieux et les personnes ont changé, la brocante est devenue salle des ventes, l'auteur de ces images est mort. Le temps des images, celui du souvenir, pour se reconnaître à l'image ou lutter contre la disparition de ceux qu'on aime.  (N. Magnan).

Film de clôture du Bilan du film ethnographique, Paris, 1996 - Gentilly, Les Écrans documentaires, 1996 : Grand Prix du jury - Dunkerque, 10 èmes Rencontres Cinématographiques, 1996 :  Prix du court métrage,  Prix de la presse, Prix du public, Prix du jury recherche, Prix du jury étudiants - Vic-le-Comte, « Rencontres documentaires », 1996 :  2nd Prix du jury - Chicago, 32nd International Film Festival, 1996 : Gold Plaque Award - Bruxelles, «6ème Mondial de la Vidéo» 1996 :  Grand Prix du jury - Prix « Cinévolt » du court-métrage, 1997 - Grand Prix «Télévision de la découverte », Scam 1997

Menu programme - Haut de page


Petit buffet inaugural


21h15

Les Films d’une Famille Philippe Van de Walle, France, 2007, 52 mn, DV Cam, couleur et n. & bl.

Séquence de départ : le visionnage de films de famille anciens provoque émotions, réactions et interrogations au sein d’une famille regroupée dans le Calvados. Une famille au sein de laquelle cette pratique de filmage s’est transmise de génération en génération et perdure aujourd’hui, mais avec les moyens du jour. L’un des membres de cette famille décide d’entreprendre un voyage à Montluçon pour se remémorer et rematérialiser ses souvenirs d’enfance et de famille. Le film le suit alors dans cette quête et questionne cette pratique du tournage de films familiaux. Pourquoi filmer, que filme-t-on le plus souvent, quels sujets ne filme-t-on pas, quelles ont été les évolutions notables en la matière… ? Et en filigrane : au-delà de leur usage interne, de leur valeur propre à la famille du filmeur, quel peut être l’intérêt de tels films ? Un éclairage de premier plan sur un genre cinématographique quelque peu méconnu et qui mérite pourtant attention.

Inédit : première diffusion. En présence du réalisateur
Soirée animée par Benjamin Cocquenet, Plan B

Menu programme - Haut de page


Pause


22h30

Ma Famille américaine Robert Bozzi, États-Unis, 2000, 57mn, Beta SP, couleur et n. & bl, vostf

Destination Las Vegas. Il n'y a plus de mythe. C'est le quotidien prosaïque. L'après american way of life. Des jeunes femmes bavardent, étendues sur gazon. Elles entourent la tombe de leur mère. Par bouffées, on met des histoires de tous les jours sur les visages de Colorado, Ebby, Mike, Regina, Johnny, Lila, Mariella, Ray et Nevada. De 1968 à 1974, tous les enfants de Margary-Ethel et Ray Gene Rhodes ont posé pour la « belle photo » de famille. Défraîchis aujourd'hui, que signifient ces portraits pour le réalisateur français Robert Bozzi ? Pourquoi “ma” famille ? Le projet, c'était une famille. Je suis marié avec Ebby, une des filles. Cela devient “ma” famille, même si cela fait 10 ans qu'on est séparés. Le documentaire est né de l'envie de filmer des gens réels qui racontent un peu de la vie américaine. Et c'est d'une famille très «ordinary people» dont Bozzi hérite outre-Atlantique. Cette saga avait plutôt commencé sur le mode de la cacophonie. Souvenirs : les parents et leurs 10 enfants ont fui l'Oregon et les dettes, entassés dans leur pick-up. De miséreux, ils n'étaient plus que pauvres en marge des paillettes de Las Vegas, avec pour joyau une incroyable propension au bonheur familial (…). Pour écrire ce roman familial, l’auteur développe une double lecture: l'instantané et la recherche en chacun des enfants devenus adultes du reflet de cette mère étonnante qui volait pour nourrir et habiller sa portée. Je me suis posé une seule question: quel est l'emploi du temps de chacun et de chacune. Qu'est-ce que cela signifie par rapport à l'histoire familiale ? Je saisis ces choses en temps réel. Épique et précis, Ma Famille américaine est un grand moment de vies croisées, avec ses rires qui succèdent aux larmes. Une immersion dans la vie quotidienne américaine, au-delà des fades clichés de sitcom. (D. Legrand. Le Soir.be.

International Documentary Film Festival, Amsterdam, 2000 - Visions du Réel, Nyons, 2000 - Dok festival, Leipzig, 2000 - Festival International du Documentaire, Marseille, 2001

Menu programme - Haut de page


Mardi 27 novembre 2012 : L'improbable transmission

19h00

Profils paysans : l'approche Raymond Depardon, France, 2001, 90 mn, 35 mm, couleur

1998, Raymond Depardon entreprend un long voyage cinématographique de dix ans pour suivre l'évolution de la vie agricole en moyenne montagne. Dans ce premier chapitre, il nous ouvre les portes de plusieurs exploitations familiales composées de jeunes agriculteurs, de retraités célibataires et de couples modestes. Il nous parle de son approche de ces petites fermes situées dans les régions de Lozère, Haute-Saône, Ardèche et Haute-Loire. Un cinéma envisagé avant tout comme un art du temps, de la patience et de l'enregistrement des traces laissées par les humains.

Festival Visions du Réel, Nyons, Suisse, 2001 - International Documentary Festival Amsterdam, Pays-Bas, 2005 - Festival du Film documentaire Villedieu, France, 2005


Soirée introduite par Benjamin Cocquenet, Plan B

Menu programme - Haut de page


Pause


20h45

Profils paysans : le quotidien Raymond Depardon, France, 2005, 81 mn, 35 mm, couleur

2004, dans ce second volet de la trilogie, nous retrouvons en Lozère, Ardèche et Haute-Loire, plusieurs familles du monde rural. Raymond Depardon est maintenant mieux accepté que lors des premières rencontres. Des jeunes s'installent  dans ces régions de moyenne montagne, dans le même temps de nombreuses exploitations se transforment en résidences secondaires. Les problèmes de transmission du patrimoine agissent sur la vie de tous les jours. Raymond Depardon filme le monde paysan dans ce qu'il a de plus magnifique : la résignation, la droiture, la capacité à affronter le vide humain en même temps que l'âpreté de la nature.

Sélection officielle hors-compétition Forum of new cinéma Festival de Berlin - Jeonju International Film Festival, Séoul - San Francisco Film Festival - Brooklyn Film Festival, New York - International Documentary Festival Amsterdam - London Film Festival - Images'06 Vevey, Suisse - Festival Internacional de Cine Independiente, Buenos Aires - Berlin in Rome, Rome, Italie - Vienna International Film Festival - Festival del Popoli, Florence - Festival du Film documentaire, Villedieu - Festival Internacional de Cinema Documental, Lisbonne.

Menu programme - Haut de page


Pause


22h15

Profils paysans : la vie moderne Raymond Depardon, France, 2008, 90 mn, 35 mm, couleur

2008, dernier volet de la trilogie, Raymond Depardon revient sur les routes des Cévennes qui le mènent jusqu'aux fermes qu'il visite depuis plusieurs années, mais rencontre aussi de nouveaux paysans. Il est au plus près de ces personnages, saisissant leur authenticité et leur rudesse. Il nous fait entrer dans leurs fermes avec un naturel extraordinaire. Avec une infinie délicatesse, Raymond Depardon dresse le portrait de familles qui tentent tant bien que mal de transmettre, de résister. Ce film bouleversant parle, avec une grande sérénité, de nos racines et du devenir des gens de la terre.

 Prix Louis Delluc 2008, meilleur film français – Festival dei Popoli, International Documentary Film Festival : Best ethnographic/Anthropological Prize. Festival international du Film de Cannes 2008, sélection officielle " Un certain regard " : hommage du jury.

Menu programme - Haut de page


Mercredi 28 novembre 2012 : La musique et le cirque en héritage

20h00

Mouss et Hakim, origines contrôlées Samia Chela et Thierry Leclère, France, 2011, 52 mn, DV Cam, couleur et n. & bl.

Qui aurait pu imaginer que de la Vendée à l’Alsace, la France des villes et des campagnes allait guincher sur de vieux airs algériens, des années quarante à soixante-dix, repris par deux chanteurs du groupe Zebda ? Ce film raconte cette rencontre exceptionnelle entre Mouss et Hakim et leur public. En mettant au cœur la belle figure de Si Mohand Salah, le père de Mouss et Hakim, Origines contrôlées  s’interroge sur le passage de témoin entre générations et sur le rôle des artistes : que faisons-nous de l’héritage culturel de nos parents ? Comment vivons nous avec ? Mouss et Hakim ont réussi là où beaucoup de politiques et d’intellectuels ont échoué : ils arrivent à faire connaître et aimer la culture immigrée des parents, en arabe, en kabyle et en français. Avec Origines contrôlées, l’histoire de l’immigration algérienne n’est plus un discours, un « problème », mais tout simplement une histoire humaine et une fête. (site Institut du Monde Arabe/Paris).

Sélection finale Prix Centre méditerranéen de la communication audiovisuelle, catégorie Art, Patrimoine et Cultures, Marseille 2011 - Festival International du Film d'Amiens, 2011.


Film présenté par Naïma Yahi, historienne, déléguée générale de Pangée Network, spécialiste de l’histoire culturelle des Maghrébins en France. Séance animée par Jean-Claude Lemenuel, ethnomusicologue

Menu programme - Haut de page


En-cas surprise proposé par Couleurs Femmes


21h40

Babooska Tizza Covi et Rainer Frimmel, Autriche, 2005, 100 mn, DV cam, couleur, vostf

Un an avec le Floridicchio, « cirque moderne et bien chauffé », petite troupe itinérante qui parcourt les campagnes italiennes figées par l’hiver, ou vogue de places de village en bords de mer. Babooska et sa famille doivent affronter les intempéries, les blessures, les remplacements de ceux qui partent, les numéros à repenser ou à apprendre. La vie du cirque, c’est beaucoup d’objets à emballer et déballer, de piquets à planter puis à enlever, des kilomètres de routes, des heures de démontages. Ce sont aussi des dizaines d’écoles différentes en peu d’années, des spectacles devant des publics clairsemés, des comptes qui ne tournent pas rond toute l’année. La piste ne serait rien sans les coulisses, où les animaux savants font parfois des leurs.Babooska fête ses 21 ans : elle ne voudrait pas d’une autre vie. Une de ses sœurs quittera le cirque pour d'autres horizons. Quant à la plus jeune de ses sœurs, l'heure n'est pas encore venue pour cette fillette d'être confrontée à ces questions et choix de vie. L'un des meilleurs documentaires sur l’univers du cirque, aux antipodes des trop nombreuses et décevantes captations de spectacle ponctuées d'interviews superficielles. À ne pas manquer !

Prix international de la Scam ex-aequo Festival Cinéma du Réel 2006 - Prix ex-aequo du meilleur documentaire d'Autriche 2006 - Mention spéciale du Festival Infinity de Alba 2006 - Prix Wolfgang Staudte de la Berlinale 2006 - Prix du Public au Festival de Bolzano 2006

Menu programme - Haut de page


Jeudi 29 novembre 2012 : Cessions, successions et transmissions

20h00

Pardevant notaire Sophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil, France, 1999, 71 mn, Beta SP, couleur



Pardevant notaire
est l’histoire croisée de quatre situations notariales dans une étude de Haute-Auvergne. À travers le récit de deux ventes négociées, un inventaire et un dossier de succession, l’étude du notaire devient le règne des histoires de propriété et d’argent, des conversations intimes et des échanges secrets. L’importance de la parole et la mise en lumière des détails dévoilent certaines manières de faire et de penser le rapport au monde, en particulier à la mort, à l’argent et au patrimoine foncier. « Filmé avec un regard respectueux et tendre qui fait jaillir des scènes une étonnante intensité. Ce film n'est pas seulement un précieux document anthropologique, c'est aussi un petit recueil de nouvelles, délicat et fragile. » Isabelle Régnier, Le Monde. 

Mention spéciale du jury, Festival international du documentaire, Marseille, 2000 - Prix du Patrimoine, Festival Cinéma du Réel, Paris 2000

Dernière minute !
Sous l'intitulé "Successions et deuils : quels héritages?" : séance introduite par Nadia Veyrié, docteur en sociologie et membre du Centre d'étude et de recherche sur les risques et les vulnérabilités de l'Université de Caen. Auteur de "Deuils et héritages. Confrontations à la perte du proche", Bord de l'Eau, 2012 et "Morts sociales" (sous la direction de), Champ social, 2011.


Menu programme - Haut de page


Petit frichti concocté par Couleurs Femmes


21h30

La Chaise, la vache et la charrue Jean Lefaux et Jacques Rémy, France, 1993, 53 mn, Beta SP, couleur

Fin des années 90 : les époux Angevin, modestes fermiers du Perche, s'apprêtent à prendre leur retraite. Mais pour pouvoir la toucher, selon la pratique locale, ils doivent vendre tous leurs biens aux enchères : bétail mort et vif, matériel agricole mais aussi mobilier de maison. Jean Lefaux a suivi de bout en bout ce rite rassemblant une assistance nombreuse venue de toute la région. Propre à certaines régions de l'Ouest de la France, ce type de vente agricole ou “vendue” existe toujours actuellement, mais tend à régresser. Tenant à la fois de la fête et de la foire, avec sa buvette, ses crieurs truculents, elle marque la fin d'une carrière et, si l'affluence est importante, comme c'est le cas ici, elle consacre la notoriété de l'agriculteur, permet d’améliorer sensiblement les revenus de sa retraite et prend l’allure d’une revanche sur son propriétaire. C'est également pour les exploitants, l’aboutissement de toute une vie de travail et pour toute la famille, le temps des nostalgies et des bilans. 

Sélection Panorama de la production française. Festival Cinéma du Réél 1993

Menu programme - Haut de page


Pause


22h30

Le Fantôme de Jenny M. Maryam Goormaghtigh, France, 2009, 52mn, DV Cam, couleur

Une famille de milieu aisé décide de vendre la grande maison de famille dont elle a hérité en Alsace : une vieille bâtisse située au cœur d'un vaste parc à l'abandon, toute chargée d’histoires et de fantômes du passé. Pendant plusieurs mois, la réalisatrice va filmer le fastidieux inventaire et la vente du mobilier et des innombrables objets - tableaux, bibelots, linge, vaisselle - accumulés au cours des générations. Certains objets sont choisis avec soin pour être gardés comme souvenirs par chacun des membres de la famille. Un premier partage s’opère avec courtoisie. Puis la plupart des meubles et objets de valeur partent pour une vente aux enchères chez Sotheby’s. On verra revenir plus tard ceux qui n’ont pas trouvé d’acquéreur. Les pièces se vident peu à peu. On suit aussi la visite surréaliste des futurs acquéreurs qui projettent la transformation du château en hôtel de luxe avec jacuzzis et ascenseurs. La négociation finale chez le notaire sera certes âpre, mais à Noël, le château sera vendu et le problème de ce lourd héritage réglé. Et une page de l’histoire familiale définitivement tournée…

Sélections 2009 : Doc’Ouest, Pléneuf Val André - Visions du Réel, Nyon - Comptoirs du Doc, Rennes 

Menu programme - Haut de page


Vendredi 30 novembre 2012 : D'une famille à l'autre

19h30

Les Enfants du Borinage, lettre à Henri Storck Patric Jean, Belgique, 1999, 54 mn, DV Cam, couleur et n. & bl.

En 1933, Henri Storck et Joris Ivens réalisaient Misère au Borinage. Ils y soutenaient les revendications et les luttes d'une classe ouvrière vampirisée par les barons du charbon et dénonçaient les conditions de vie misérables des mineurs. 67 ans plus tard, Patric Jean revient sur les lieux du tournage de Storck et Ivens. Ces lieux, il les connaît bien, il y a vécu une partie de son adolescence mais aujourd'hui, les images de Misère au Borinage plein la tête, il les regarde autrement et le choc est total... « Le constat est sans appel : depuis Storck, rien n'a changé ou presque. La misère intellectuelle et la pauvreté se sont transmises d'une génération à l'autre dans une sorte d'improbable rite initiatique. » F. Loore, Le Matin, 24 sept. 1999.

1999 : Prix des Écrans Documentaires, Les Écrans Documentaires, Gentilly - Prix biennal hennuyer d’aide à la création audiovisuelle, la Louvière - 1er Prix de la compétition nationale, Festival International du Film Indépendant,  Bruxelles - Prix spécial du jury, Rencontres thématiques AV européennes de programmes de création, Narbonne - Mention spéciale du jury catégorie professionnelle, Festival Traces de vies, Vic le Comte - Loup d’argent, International Film Festival, Amsterdam - 2000 : Prix Henri Storck, International Film Festival, Belgian Focus, Bruxelles - Prix Canvas du Meilleur film documentaire international, Documentair Filmfestival,  Gand - Couronné, Dokumentart de Neubrandenburg.

En présence du réalisateur

Menu programme - Haut de page


Pause


21h00

Affaires de grandes familles Samuel Gantier, France, 2008, 68 mn, Betacam SP, couleur et n. & bl.

En cette 1ère moitié du XXe siècle en France, le patronat textile du Nord forme un monde à part, codifié. Où les garçons se doivent d'entrer dans l’affaire familiale, où les filles s’allient à des rejetons du même milieu. S. Gantier est issu de ce milieu d’industriels puissants qui vénéraient Dieu, la famille et le travail. En petit-fils autant qu’en ethnologue, il enquête sur les valeurs auxquelles cinq générations se conformèrent. Les bobines tournées par l’arrière-grand-père montrent des fêtes familiales qui réunissaient couramment 100 à 200 personnes, y compris le curé et les bonnes d’enfant. Des années 30 aux années 50, les gestes se répètent : on célèbre des mariages arrangés entre familles, qui vont multiplier usines et descendance. Pas de luxe tapageur, pas d’arrogance : les petits héritiers sont élevés dans le respect de l’autorité et du devoir. Plantant sa caméra dans le salon des oncles, tantes et cousins, Gantier livre un film à la fois familial et social, intime et distancié. Avec la fermeture des usines, ce monde a quasi disparu, à l’exception de rares familles brillamment reconverties dans le commerce. Illustration chez un cousin Mulliez, membre d’un trust familial de 600 actionnaires employant 300 000 salariés dans le monde entier. Passée des usines Phildar aux magasins Auchan, cette famille richissime perpétue, loin de la bourse, l’austère capitalisme de grand-papa. (E.Ségal)

Prix Étoile de la SCAM 2009.
Coup de cœur de la Direction générale des patrimoines (ministère de la Culture). La Direction générale des patrimoines contribue, au titre du soutien à la recherche et à la création documentaire dans le domaine de l'ethnologie, à la réalisation et à la mise en valeur de films portant sur l'ethnologie de la France et sur le patrimoine culturel immatériel. Entre histoire sociale et mémoire, jouant sur toutes les acceptions du terme de patrimoine, des plus matérielles aux plus évanescentes, ce film prolonge les recherches développées dans un des titres-phares de la collection "Ethnologie de la France" et consacrée à la culture bourgeoise : " Ni vue Ni connue..."

Menu programme - Haut de page


Pause


22h15

Los Herederos (Les Enfants héritiers) Eugenio Polgovski, Mexique, 2008, 80 mn, DCP, couleur

Dans les campagnes mexicaines, dès l'enfance, on commence le travail. Ces jeunes, comme leurs ancêtres, sont pris dans un combat pour survivre. Plongée dans une pauvreté dont on hérite inexorablement, de génération en génération.
« L'écran est noir. Au son, une berceuse. Puis vient l'image : des enfants courant dans la forêt, passant un gué… Image ambiguë : est-ce encore un jeu ou juste une bande d'enfants rentrant chez eux après le travail ? Car dans tout le reste du film, hormis la dernière séquence qui montre une danse rituelle de masques, il ne sera question que d'enfants au travail. Où qu'on soit : à Guerrero, Nayarit, Oaxaca, Sinaloa, Puebla, Veracruz… Partout la scène est la même : des enfants qui emboîtent le pas aux adultes pour faucher le maïs, conduire le bétail au pré, récolter les poivrons, les tomates, les haricots dans les grandes plantations, porter le bois, tailler des figurines en bois pour le tourisme, semer, tisser avec la mère... Entre les adultes et les enfants, pas de différence, la charge de travail est la même. Quand Polgovsky associe des adultes à des enfants, il ne reconstitue pas l'image d'une famille, il montre à tous les degrés de la vie un même asservissement au travail, à la lutte contre la faim et la misère, une destinée immuable. » (Y. Lardeau).

2008 : Festival international du Nouveau Cinéma d’Amérique latine, La Havane, Grand Prix Coral du meilleur documentaire. 2009 : Festival international du Cinéma du Réel, Paris, mention du Jury compétition internationale - Festival international du Film de Guadalajara, Mexique, Prix Feisal - Cérémonie de l’Académie mexicaine des Arts & Sciences cinématographiques, Mexico, Prix Ariel du meilleur documentaire & meilleur montage - Festival de la mémoire documentaire latino-américaine,Tepoztlán, Mexique, Prix Zapata du meilleur documentaire - Festival international du Cinéma indépendant IndieLisboa, Prix Amnesty International - Festival Présence autochtone, Québec, mention honorifique - Festival international du Documentaire de Santiago du Chili (FIDOCS), Prix du meilleur documentaire - Festival international du Cinéma pour enfants et adolescents (Divercine), Uruguay, Prix Unicef du meilleur film, Prix du meilleur long-métrage documentaire - Festival international de Cinéma latino-américain, Lima, Prix du meilleur documentaire - Distinction remise par l’Université autonome de Mexico, Prix José Rovirosa du meilleur documentaire mexicain - Festival international de Cinéma documentaire de Mexico, Prix de la meilleure photographie -  Festival international du Cinéma de Iasi, Roumanie, Prix du meilleur documentaire - Festival international du Film de Ljubljana, Slovénie, Prix Amnesty International

Menu programme - Haut de page


Samedi 01 décembre 2012 : La mémoire dans l'assiette

20h00

Le Flan était presque parfait Cécile Déroudille, France, 2008, 48 mn, DV Cam, couleur et n. & bl.

« Depuis toute petite, je fais la cuisine avec ma mère : c'est à la fois un moment privilégié, mais aussi une activité toute spontanée. C'est également un plaisir. Un plaisir à partager. Je me suis demandée comment pour d'autres personnes, proches ou moins proches, se passe cette transmission aujourd'hui ... ». Sans avoir l’air d’y toucher, simplement, mais avec sérieux, Cécile Déroudille aborde là un sujet bien plus profond qu’il ne paraît de prime abord, un sujet à double dimension : la transmission d’une mémoire et d’une généalogie familiale à travers l’alimentation, la transmission d’un patrimoine culinaire par le biais de la famille. Un film bien mitonné, “aux petits oignons” pourrait-on dire, où il sera notamment question de flognarde corrézienne, de paëlla espagnole, de polka limousine et de dafina juive-marocaine...

Sélections Festival CinéKub, Gayan, 2011 - Lucarne des Ecrivains, Paris, 2009 - Trajet Spectacle / Peuple & Culture, Die, 2009

Menu programme - Haut de page


20h50

De Mères en Filles Diane Baratier, Pierre Camus & Jean-Louis Comolli, France, 1996, 25 mn, Beta SP, couleur

Un petit appartement de la banlieue parisienne, 1996 : les réalisateurs suivent la préparation d'un couscous, de pâtisseries de fête et d'autres plats par des femmes kabyles qui saisissent là l'occasion de parler à leurs filles de la condition de la femme et de l'apprentissage de leur savoir-faire. Une discussion enflammée s'engage entre mères et filles qui ne considèrent pas la vie de couple de la même manière. Les mères pensent que leurs filles ne consacrent plus assez, voire plus du tout, de temps à la préparation des repas, mais se contentent de plats tout faits. La notion de "vrais" plats semble étrangère à la jeune génération qui ne veut plus passer trop de temps à ce genre de tâches. ?A contrario, la cuisine traditionnelle telle que ces femmes l'ont apprise de leurs mères semble un refuge contre le déracinement et l'exil sans fin, loin d'une Algérie déchirée et ne semblant guère offrir de solution de retour. Ce titre de la série La Cuisine des autres vaut notamment par son parti-pris de réalisation : immersion, absence volontaire d’intervention du filmeur, pas de commentaires ni voix-off.

Intervenant dans cette soirée : Jean-Pierre Hassoun, directeur de recherche au CNRS (anthropologie de l’alimentation et mobilité des frontières du goût) 

Menu programme - Haut de page


Petits plats mitonnés, sur des recettes de Couleurs Femmes


22h00

Le Repas des ancêtres Jacques Deschamps et Néna Baratier, France, 1994, 26 mn, Beta SP, couleur

Milieu des années 1990, banlieue parisienne : une famille de réfugiés cambodgiens témoigne du respect des traditions et en particulier du culte rendu aux ancêtres. Pour cette famille, le  lien visible et tangible entre le monde des vivants et celui des morts passe par la nourriture. Les gestes traditionnels de préparation des mets et les recettes de cuisine sont transmis de mères en filles. Lors de fêtes, comme celle du nouvel an ou celle d'un mariage, les ancêtres sont honorés par des offrandes de nourriture et les vivants les invitent à partager le repas. De même, le don de riz aux bonzes de la pagode renforce le lien avec le monde des ancêtres. Ces scènes de vie quotidienne sont ponctuées de souvenirs sur la vie au pays avant l'exil et sur la maison familiale. Classique dans sa forme, mais néanmoins très efficace, ce court-métrage constitue l’un des titres de la série La Cuisine des autres, très innovante pour son époque par son choix de contenus. 

Menu programme - Haut de page


22h28

Les Recettes de Mina, Terezin 1944 Anne Georget, France, 2007, 47 mn, DV Cam, couleur et n. & b

Son écriture tremble de page en page, se fait plus frêle à mesure que la faim et l'épuisement gagnent. Elle trace pourtant un invincible sillon. Pâté de foie, salade d'hiver, macaron du marié, bonbons au caramel de Baden, gâteau de la jeune accouchée... Mina Pächter, internée au camp de Teresienstadt près de Prague depuis 1942, rassemble ses meilleures recettes pour sa fille partie en Palestine. Son testament. Dans les baraques, les femmes se chamaillent des heures durant sur les tours de main de l'une ou de l'autre, sur le type de raisin à inclure dans le strudel ou sur la composition de la farce d'oie... comme autant d'actes de résistance à la destruction de leur être. En lisant entre les lignes, c'est toute la vie d'hier qui s'anime, les dimanche en famille, les fêtes religieuses, les thés entre amies. Et l'espoir qu'un jour elles retrouveraient l'alchimie de leurs cuisines et des vies à nourrir. Mina meurt dans le camp en 1944 mais réussit auparavant à faire promettre que tout sera fait pour que le cahier parvienne à Annie, sa fille chérie. Après un invraisemblable périple, le recueil de recettes arrive à destination à New York, dans les années 70. Quelques années passeront encore avant qu'elle n'ose l'ouvrir... 30 années après qu'il fut écrit.

Menu programme - Haut de page


Dimanche 02 décembre 2012 : Tu seras ... mon fils !

16h00

Le Dernier Rodéo Andrés Jarach, France/Argentine, 2007, 52 mn, DV Cam, couleur, vostf

En Patagonie, Andrés Retamal, dresseur fameux et champion de rodéo, est si célèbre que les milongas chantent ses exploits. Mais à 40 ans passés, l’homme n’a rien d’une star. Il continue de gagner sa vie en voyageant d’hacienda en hacienda pour dresser les chevaux sauvages selon l’ancienne méthode indienne qu’il a lui-même appris tout petit. Et les week-ends, dans les villages de la pampa, il dompte dans l’arène les plus rétifs, ses préférés, ceux qui ont su résister au dressage. Mais, avec l’âge, même s’il reste invaincu, Andrés Retamal a décidé de raccrocher. Pour sa dernière tournée, il emmène Gaby, son fils de 4 ans, qui à force d’observation et de pratique, monte déjà comme un vrai gaucho et rêve de lui succéder. Dans un vieux pick-up, ils vont participer à la grande fête du cheval de Gobernador Costa, à l’autre bout de la Patagonie, à 3 000 km. « Une merveille. Il y a la puissance des paysages bien sûr. Il y a aussi la délicatesse et l’âpreté des musiques. Il y a surtout la rude tendresse des “machos”, le père et le fils… De morceaux de bravoure en fragments de grâce, Andrés Jarach dompte le spectateur. Il compose une magnifique ode à l’homme simple, à la nature sauvage, et à l’intimité de leur relation et donne à son film une force poétique digne du Canto General de Pablo Neruda ». (Télérama)

Prix Étoile de la SCAM, 2009. Prix du public, Documenta, Madrid 2010. Sélections 2009 : RIDM, Montréal -  Étonnants Voyageurs, Saint Malo - Rencontres Amérique Latine, Toulouse

Menu programme - Haut de page


Petit goûter proposé par Couleurs Femmes


17h10

Sergeï le Guérisseur ( Sergei Verenseisauttaja) Petteri Saario & Juha Taskinen, Finlande, 2008, 103 mn, DV Cam, couleur, vostf

Sergeï le Guérisseur a été tourné entre 2003 et 2007 dans le village de Venehjärvi, situé dans le région de Viena, en Carélie blanche, au milieu des forêts les plus sauvages du nord de l’Europe. Déserté durant l’ère soviétique, les anciens habitants et leurs enfants sont revenus y vivre au début des années 1990. Parmi eux, figure Santeri Lesonen, chef du village et descendant d’une longue lignée de guérisseurs, sur les épaules duquel repose le devenir de toute une culture menacée. Avec son fils Sergeï et Sulo, l’ancien du village, il fait revivre les pratiques traditionnelles et le mode de vie autarcique propres à cette région.Sergeï le Guérisseur rend compte de la démarche d’un père qui s’attache à transmettre à son fils tous les savoirs nécessaires à la survie d’un homme dans cette région rude. Pendant 5 ans, Sergeï apprendra ainsi à chasser les grands tétras, à pêcher et à fumer le poisson, à construire son propre bateau avec l’aide et sous le regard vigilant de Sulo. Il tentera aussi d’assimiler toutes les anciennes traditions d’une région où rituels païens et orthodoxie cohabitent. En toile de fond, le film témoigne d’un moment crucial pour une culture autochtone menacée de disparition. Les villages se vident en effet de leur jeunesse, attirée par les sirènes de la modernité, dont Kostomoukcha, ville minière proche de Venehjärvi, est le symbole. À travers le choix qui s’offre à Sergeï - rejoindre la ville et une existence réglée par le travail en usine ou rester dans son village - se dessine la question de la survivance ou non d’une culture et d’un mode de vie où l’homme et la nature coexistent.

Prix Silver Horn Award, Festival du Film de Cracovie, Pologne (2009). Sélections : Moscow International Film Festival 2009. Free Thought Documentary Program - Festival de Cine Ecologico y de la Naturaleza de Canarias, 2009 - Dialektus Festival, 2009, Budapest, category of Human Stories - DocPoint 2009, Helsinki, category of New Finnish Documentary Films - Prix Europa 2008, Berlin, category of the Best TV-documentary.

Première diffusion en salle de cinéma en France 

Menu programme - Haut de page


Informations pratiques

Toutes les séances ont lieu au Cinéma LUX à Caen
6, avenue Ste-Thérèse à Caen
Tram : lignes A et B. Arrêt Lux-Victor Lépine (dernier tram à 0h45)
Entrée libre et gratuite à toutes les séances dans la limite des places disponibles
Merci de respecter les horaires de début des séances. Tél . 02 31 82 29 87
Consommations payantes (prix doux)


Les partenaires de la Semaine du Cinéma ethnographique

Région Basse-Normandie - Ministère de la Culture et de la Communication : DRAC, Direction générale des patrimoines (DPRPS) - Cinéma LUX


Remerciements

ARCIS Basse-Normandie/ Caen - Arte France – Ateliers Varan / Paris – Centre Vidéo de Bruxelles - Cinéma du Réel / Paris - Comité du Film ethnographique / Paris – DocArt&Taïga Films /Finlande - Documentaire sur Grand Écran / Paris – Festival CinéKub / Gayan - Images de la Culture/CNC – Institut Finlandais / Paris – Kaisa Kukkola/ Kustavi – La Petite Marchande / Caen - Maison du Documentaire / Lussas - Maison de l'Image Basse-Normandie - Normandie TV - Société Française d’Anthropologie Visuelle / Amiens – Viacités – Ville de Caen

Ainsi qu’à l’association Couleurs Femmes,
Et à toutes les personnes qui contribuent au développement de La Semaine du cinéma ethnographique


Contact : cinemaethno@crecet.org


Visuel : photo La Trocambulante
Conception graphique : APRIM
Vidéoprojections : Zorilla Productions
Plan B : leplanb.wordpress.com
Programme établi sous toute réserve


Équipe de la Semaine

Programmation : Guy Gallardo, Thomas Targat
Coordination/communication : Guy Gallardo
Production : Pierre Schmit
Secrétariat : Edwige André

Haut de page



© 2016 CRéCET - Tous droits réservés

Création & hébergement Internet : Téïcée // référencé sur normandie-france.com


© 2016 CRéCET - Tous droits réservés - mentions légales